Mange ta soupe !

… et je réponds à cette injonction depuis que je suis cuisinier en souvenir de la soupe crémeuse de Philomène, ma mère, qu’elle réalisait avec les premières asperges.

En ce moment, la soupe que je sers toujours en début de repas, fait la transition entre l’hiver et le printemps et s’amuse des parfums herbacés des premiers aillets et oignons tiges. L’aillet, une jeune pousse d’ail de 3 mois d’âge et d’environ 20 cm de haut ressemble à un mini poireau dont le bulbe n’est pas encore formé. J’ajoute quelques mini croutons pour le croustillant, et verse dessus le bouillon de poule mélangé à du bon Parmesan et de la crème.

Cette soupe est une mise en bouche très raffinée qui change chaque jour, confectionnée selon l’humeur avec les produits du moment. Convivial, enfantin, rustique, le moment de la soupe fait état du souvenir de ma grand-mère en Bretagne, et d’une tradition retrouvée au pays basque.